Que recherchez-vous ?
» » » » Locomotive à vapeur pour trains marchandises série prussienne G 12 KPEV
Locomotive à vapeur pour trains marchandises série prussienne G 12 KPEV
Zoom

Marque

Echelle

Locomotive

Epoque

Version

Locomotive à vapeur pour trains marchandises série prussienne G 12 KPEV

Référence - MAR-37588
499.95€ TTC

Locomotive à vapeur pour trains marchandises série prussienne G 12 KPEV ECHELLE HO EPOQUE I

Quantité 
+
-
En stock

quantité disponible : 1

1 à : EPIERRE

Ajouter au panier
Partager :

Description

Locomotive à vapeur pour trains marchandises série prussienne G 12 KPEV

Voie: H0    Epoque: I   
 
Modèle réel: Locomotive à vapeur pour trains marchandises série prussienne G 12 (future série 58.10-21) des chemins de fer royaux prussiens (KPEV). Avec éclairage au gaz et tender prussien pr. 3T 20. Etat de service peu après la livraison par Borsig en 1917. Locomotive 10.282 dans le registre des livraisons des usines A. Borsig, Berlin-Tegel.
 
Modèle réel: Avec décodeur numérique mfx et nombreuses fonctions sonores. Motorisation régulée haute performance avec volant d'inertie dans la chaudière. 5 essieux moteurs. Bandages d'adhérence. Locomotive et tender essentiellement en métal. Fonction permanente du fanal à deux feux - inversion en fonction du sens de marche - en mode d'exploitation conventionnel, sélection possible en mode numérique. Eclairage assuré par diodes électroluminescentes blanc chaud sans entretien (LED). Peut être équipé du générateur de fumée réf. 7226. Attelage court fixe avec cinématique entre locomotive et tender. Attelage court à élongation variable avec boîtier NEM à l'avant de la locomotive. Boîtier NEM avec cinématique et attelage TELEX à l'arrière du tender. Nombreux détails rapportés tels que conduites et sablières. Tubes de protection pour tiges de piston et boyaux de frein fournis. Longueur h.t. 21,2 cm. Jolie vitrine de collectionneur en bois et verre, avec fond de décor représentant le célèbre portail de l'usine Borsig Berlin-Tegel. Plaque métallique gravée avec numérique de fabrication sur le socle de la vitrine. Extrait du registre des livraisons fourni.
 

 Control
Unit
Mobile
Station
Mobile
Station 2
Central
Station
Central
Station 3
Fanal·····
Contact du générateur de fumée·····
Bruit.loco.vap.·····
Sifflet de locomotive·····
Commde directe·····
Grincement de frein désactivé ····
Ecl.cab.cond. ····
Sifflet de manœuvre ····
Attelage Telex arrière ····
Echappement de la vapeur  ···
Pelletage du charbon  ···
Grille à secousses  ···
Pompe à air  ···
Pompe à eau  ···
Injecteur  ···


Highlights:

  • "Borsig-Edition 4".
  • Modifications de forme pour version prussienne conformes au modèle réel.
  • Châssis en barres ajouré.
  • Jolie vitrine de collectionneur avec relief pour tous les modèles de l'édition.
  • Avec décodeur mfx et nombreuses fonctions d'exploitation et sonores.
  • Extrait du registre des livraisons fourni.

 
Série unique (modèle 4 sur 5).
 
Peu après le début de la première guerre mondiale, le ministère de la guerre allemand réalise que le grand nombre de locomotives à vapeur différentes entrave non seulement l’exploitation des chemins de fer – importants pour la guerre – mais également leur entretien. C’est pourquoi le ministère exige dès 1915 la conception d’une locomotive unifiée puissante pour trains marchandises avec la plus petite charge par essieu possible (16 t). Afin de conclure rapidement est alors formée une commission qui, outre les représentants des chemins de fer, rassemble également des militaires. Les membres prussiens imposent finalement la construction d’une locomotive à vapeur surchauffée 1 E. Début 1917, les usines Borsig sont chargées d’élaborer les plans de construction pour la nouvelle locomotive. En s’appuyant sur le modèle d’une locomotive 1 E pour la Turquie, la nouvelle « locomotive unifiée » est conçue dans un laps de temps très court. Les premières machines sont prêtes en 1917 et sont immatriculées dans la série G 12 en Prusse, dans le Wurtemberg et au Pays de Bade. En Saxe, la G 12 portait la désignation XIII H. Avec une hauteur de chaudière de 3000 mm, le foyer type Belpaire et le châssis en barres continues, les machines ne correspondent plus en rien aux traditions de construction de locomotives prussiennes. Contrairement au châssis en tôle utilisé jusqu’alors, le châssis bas en barres permet de placer la boîte à feu sur le châssis et surtout de l’élargir latéralement. Pour la première fois, la surface de la grille peut être atteinte non seulement par la longueur, mais également par la largeur. Autres innovations : les clapets de dépression type Coale ainsi qu’un purificateur d’eau d’alimentation unifié. Rien qu’entre 1917 et 1921, 1158 machines sont construites pour les chemins de fer prussiens et plus tard pour la DRG par AEG, Borsig, Hanomag, Henschel, Krupp, Linke-Hofmann, Rheinmetall et Schichau. Les chemins de fer badois, wurtembergeois et saxons achetèrent d’autres G 12. Dans le nouveau schéma de numérotation de la DRG de 1925, la G 12 badoise se transforme en série DRG 58.2-3, la G 12 saxonne (sä. XIII H) en BR 58.4, la G 12 wurtembergeoise en BR 58.5 et la G 12 prussienne en BR 58.10-21. Elles furent utilisées pour presque toutes les directions de la Reichsbahn. La seconde guerre mondiale entraîne de nombreuses machines vers l’étranger, entre autres en Bulgarie, Autriche et Pologne. Les unités restées à la DB sont réformées jusqu’en 1953. Les locomotives de la DR, par contre, restent encore indispensables un temps et, jusqu’en 1976, circulent dans leur version d’origine dans les Monts Métallifères. Plusieurs G 12 sont conservées, dont la 58 311 des amis des chemins de fer de Ulm, en état de marche.
 
Livraison vers juin 2016.

Retour en haut